Pourquoi on adore le cosy crime ?

Il y a du crime dans l’air !

Ils sont des millions à travers le monde à se délecter des aventures rocambolesques de ses héros, détectives amateurs aussi drôles qu’attachants. Mais comment expliquer cet incroyable succès ? Retour sur l’histoire du cosy crime et de cet univers dans lequel vous allez adorer vous plonger.

Grande-Bretagne, 1930. G.K. Chesterton, créateur de l’Abbé Brown, le plus célèbre des prêtres détectives ; John Dickson Carr, à l’origine des enquêtes du Dr Gideon Fell ; Dorothy L. Sayers, inventrice de l’excentrique aristocrate et détective amateur Lord Peter Wimsey ; le Major A.E.W. Mason, l’écrivain derrière les enquêtes de l’Inspecteur Hanaud ; le Père Ronald Knox, grand spécialiste de Sherlock Holmes ; et la déjà célèbre Agatha Christie se réunissent pour fonder le Detection Club…un club très sélect regroupant la fine fleur du roman à énigmes. Tous les membres du club doivent prêter serment et jurer de respecter les 10 Règles d’Or du Roman Policier. Parmi les grands principes auxquels il est interdit de déroger figurent le fait que le criminel doit avoir été mentionné plus tôt dans l’histoire, sans être quelqu’un dont le lecteur a pu suivre les pensées, et le fait que le détective ne doit pas utiliser d’indices qui n’ont pas été présentés au lecteur pour résoudre l’affaire. Le mystère doit rester simple et la solution doit se suffire à elle-même. Et bien sûr, ne comptez pas sur une quelconque intervention divine…ici les mystères se résolvent grâce à un sens de la déduction basé sur une observation rationnelle des faits et indices ! De tous les membres du Detection Club, c’est bien sûr Agatha Christie qui a contribué à populariser ce type de roman, avec notamment les nombreuses enquêtes du célèbre Hercule Poirot. Mais l’écrivaine a été plus loin encore, se jouant des codes très masculins de son époque, en inventant l’inénarrable Miss Marple, vieille-fille anglaise à la langue bien pendue et aux sens de l’observation et de la déduction aiguisés comme des poignards…autant de qualités indispensables pour résoudre les crimes qui chamboulent la vie de son paisible village. Avec Miss Marple, Agatha Christie révolutionne la figure du armchair detective, le détective en fauteuil, qui, aux enquêtes de terrain, préfère l’analyse posée des éléments de l’enquête dans l’atmosphère intime et feutrée du foyer. 30 ans plus tard, une nouvelle dénomination apparaîtra pour désigner ce genre bien particulier : le cosy crime.

Longtemps écrasé par les thrillers au rythme haletant et aux détails sanglants, le cosy crime prend aujourd’hui sa revanche et fédère des millions de lecteurs à travers le monde. Il faut dire qu’aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin de cette pause légère et divertissante. La recette du cosy crime est simple : prenez un paysage bucolique invitant à l’évasion et dans lequel évolue des personnages qui se connaissent tous ; organisez-y un crime sans effusion de sang ou déferlement de violence (chutes et empoisonnements sont très populaires !) ; faites apparaître un détective amateur, de préférence une femme, exerçant une profession lui permettant d’être au contact des gens (professeur, commerçant…ou encore mieux…retraité !), doté d’une infaillible intuition et d’un contact avec la police lui permettant d’avoir accès aux informations clés de l’enquête ; élaborez une liste de suspects limitée ; et désignez un coupable qui n’est pas un terrible psychopathe mais un membre de la communauté qui cache de lourds secrets. Vous l’aurez compris, ce qui compte dans un cosy crime ce n’est pas le crime, mais ce qu’il révèle des différents protagonistes et des relations qu’ils ont nouées. On aime découvrir leur quotidien en parallèle du déroulement de l’enquête. L’humour omniprésent renforce ce sentiment d’attachement aux personnages. Rien d’étonnant donc à ce que le cosy crime se décline majoritairement en série. A chaque tome, le lecteur prend plaisir à retrouver ses héros préférés, et retrouve avec délectation cette sensation d’être un lecteur-détective chassant les indices, tentant de déjouer les fausses pistes et aiguisant son sens de la déduction dans ce qui s’apparente à un véritable Cluedo littéraire !

Vous allez ainsi adorer retrouver la flamboyante Imogène McCarthery dans des aventures rocambolesques imaginées par Charles Exbrayat ; ou bien encore Isabel Dalhousie, philosophe et détective à ses heures perdues qui fait des merveilles dans la série Le Club des Philosophes d’Alexander McCall Smith. Pour ceux qui aiment remonter le temps et découvrir l’Histoire autrement, la série des Voltaire mène l’enquête de Frédéric Lenormand est faite pour vous. On doit également à l’auteur d’avoir réinventé le personnage d’Arsène Lupin en le plaçant à la tête d’une agence de détectives ! Et pour les amateurs d’aristocratie british un rien snob, rendez-vous avec la populaire série de Jessica Fellowes Les Sœurs Mitford enquêtent que l’on décrit souvent comme la rencontre explosive entre Downton Abbey et Agatha Christie ! Mais celui qui a totalement chamboulé l’univers du cosy crime, explosant les chiffres de vente partout dans le monde, c’est Richard Osman avec son Murder Club du Jeudi dont les héros ne sont autres que des seniors vivant dans un village pour retraités moins paisible qu’il n’y paraît. C’est drôle, émouvant et terriblement divertissant. Vous allez adorer mener l’enquête aux côtés de Ron, Joyce, Ibrahim et Elizabeth et découvrir qu’il n’y a pas d’âge pour découvrir de nouvelles choses…comme résoudre un crime ! Le second tome à paraître, The man who died twice, promet encore d’improbables et rocambolesques aventures. Au programme: des diamants volés, des mafieux pour le moins menaçants et bien sûr le quotidien de nos héros vieillissants bien décidés à mordre la vie à pleines dents. Le succès est tel que Steven Spielberg a acheté les droits d’adaptation de la série…il faut dire que le cosy crime fait aussi recette à l’écran. Daniel Craig lui-même a délaissé le costume de James Bond pour devenir le génial et caustique détective privé Benoît Blanc dans la série de films A couteaux tirés.

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire : lovez-vous sous un plaid, prenez une petite tasse de thé et plongez-vous dans l’univers doux et feutré du cosy crime !

 

Juliette Courtois