Le mot de l’éditeur : vœux de Mahir Guven

Mahir Guven, directeur littéraire du label La Grenade, présente ses vœux pour la nouvelle année. Tirez la goupille, ouvrez la grenade pour cette nouvelle année.

« Pour cette nouvelle année, je souhaite à ceux qui ont perdu le fil des pages, et à ceux qui ne l’ont jamais trouvé, de rencontrer ce grand bonheur qu’est la lecture. Un livre ne brûle pas les doigts, il réchauffe le cœur. Un livre ne vous dévore pas, c’est vous qui le dévorez. Un livre ne vous rend pas plus intelligent, il vous donne du courage, c’est un bouclier contre les petits tracas de la vie, une machette pour se frayer un chemin dans la jungle de l’existence, une boussole qui vous donne la direction d’un pays heureux. 

Si vous êtes accroc aux réseaux sociaux, que le sentiment de perdre votre temps vous tourmente, vous tracasse et même vous assomme, lisez ! Et tout ira mieux. Si vous avez des problèmes de sommeil, lisez, vous ronflerez à poings fermés et les méninges apaisées. Si vous êtes en colère, lisez, les mots épongent très bien les fureurs enfouies. Si vous étouffez sous un océan de tristesse, lisez, lire c’est respirer. Si en attendant le soleil, vous vous désolez du temps gris, lisez, et au cœur de l’hiver vous découvrirez en vous un invincible été. Si vous en avez assez de la politique, que les élections vous traumatisent, que vous n’y comprenez rien, lisez, et tout sera plus clair à vos yeux, la vie n’est qu’une grande comédie déguisée en une ridicule tragédie. Si vous en avez soupé des séries TV, des films, de ce temps perdu à en chercher, lisez, réalisez ce petit effort qui permet à l’esprit de vous offrir le plus grand des cinémas, lire, c’est faire soulever de la fonte à votre imagination. 

Si les livres ont changé votre vie, c’est mon cas, lisez encore, on peut changer plusieurs fois de vie. Si vous aimez les livres, qu’ils vous font du bien, qu’ils vous ouvrent mille destins, mille sentiments, mille pays, mille cultures, mille religions, mille histoires d’amour, mille batailles gagnées et autant de perdues, et bien, je vous souhaite de lire encore et encore, jusqu’à perdre de vue les années qui passent.

Pour cette nouvelle année, je vous souhaite de rester près des livres et ça va bien se passer. » 

© Jean-François Paga