Ouvertes sur tous les domaines
de la curiosité contemporaine depuis 1968

NEWSLETTER
  • Récompensé

Mort aux femmes nues

Prix du Masque de l'année étranger

Gypsy Rose Lee

Le prix du Masque de l’année étranger, une bombe  ! Quand la strip-teaseuse la plus connue des États-Unis se met en scène dans un roman à suspense  !
Les strip-teaseuses de l'Old Opera ne vont pas se laisser marcher sur les pieds. Que cette soi-disant princesse Nirvena, danseuse vaguement russe débarquée d'un bastringue de Toledo les snobe, passe encore. Mais qu'elle sème le chaos dans le programme et fasse son strip en enlevant tout, au mépris du règlement de la boîte, c'est trop. Que peuvent bien faire les autres après ça ? Leur numéro est fichu. Sans compter que ce genre d'exhibition attire toujours un tas d'empoisonnements. Car, aussi bizarre que ça paraisse, tout le monde n'aime pas les femmes nues...
 
Gypsy Rose Lee, narratrice géniale et sulfureuse, nous emmène dans les coulisses d’un double meurtre au cœur d’un cabaret burlesque du New York des années 1940. Une plongée violente et sensuelle dans un monde où les femmes gagnent leur argent à coups de déhanchés et n’ont rien à cacher, à part leur passé.
 

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel Le Houbie et Léo Malet

« Un régal ! » L'Alsace

«  Dans un huis clos aux péripéties rocambolesques, ce texte joue avec les codes de la comédie et du roman policier pour mettre en scène des personnages hauts en couleur. Un texte original et délicieux. » Télé 7 jours

« Un petit bijou. » L’Obs

« C’est le « hot polar » de votre été, avec crêpages de strings et de chignons, et meurtres à gogo au cabaret. » Le Point

« En 1941, l’icône du burlesque américain mettait en scène sa vie au cœur d’un cabaret new-yorkais dans un roman noir au ton acide digne d’un Chandler. » Les Inrockuptibles

« Il faut démasquer le criminel, et cette aventure ne manque ni de panache, ni de suspense, ni d’humour. Cette plongée au cœur même d’un monde du spectacle pailleté est totalement réjouissante. » Madame Figaro

« Une pépite.» Marie Claire