• Nouveauté

Solovki

Claudio Giunta

Un roman noir italien récompensé par le prix du meilleur espoir polar Transfuge, enfin en poche.

La mer Blanche est d'un noir effrayant, qui se mélange à celui du ciel. Un vent glacial s'introduit dans les fissures des bateaux, dans les maisons, jusque dans le cœur des hommes. Au milieu de cette masse sombre, les îles Solovki, ancien goulag soviétique, sont plongées dans la brume. 
C’est là que sont partis trois amis florentins pour restaurer un monastère. De là aussi qu’ils ne sont jamais revenus.
Alessandro Capace, journaliste pigiste et écrivain raté, est envoyé sur place par son employeur, qui lui réclame «  du mystère et du sang  » pour alimenter l’attention des lecteurs.
Mais plus ses recherches avancent, plus les îles Solovki, insondables et dangereuses, lui semblent receler un mal atavique. Il y a des eaux qu’il vaudrait parfois mieux ne pas remuer…
 
Traduit de l’italien par Marc Lesage

«  Un vrai talent  à la Gaston Leroux, agrémenté d’un point de vue très contemporain sur l’absurde condition des hommes, d’un don pour la satire sociale  et d’une belle science des sentiments.  »  Transfuge

« Claudio Giunta, dont c’est le premier roman, est professeur de littérature à Trente. Son livre est noir, extra strong. » L'Obs

Commander selon votre format

Commander selon votre format

Papier8,50 €

Découvrez d'autres livres

Parution : 11/01/2017
312 pages
Grands Formats

La mer Blanche est d'un noir effrayant. Un noir qui se mélange à celui du ciel, au vent glacial qui s'introduit dans les fissures des bateaux, dans les maisons et dans le coeur des hommes. C'est une mer en colère, une mer hostile. Au milieu de cette masse sombre, les îles Solovki, ancien goulag soviétique, sont plongées dans la brume. Ils étaient trois amis florentins, partis pour cet archipel au nord de la Russie afin de restaurer un monastère pour le compte de l'Unesco. Ils ne sont jamais revenus. Les polices russe et italienne semblent privilégier la piste de l'accident : les trois jeunes se seraient aventurés dangereusement sur le sentier au nord de l'île, près du mur de roches où se brisent les vagues. Alors que l'enquête piétine et semble sur le point d'être classée, Alessandro Capace, journaliste free-lance (ou plutôt écrivain raté), se voit confier la mission délicate de trouver de quoi alimenter l'attention des lecteurs. Le directeur du journal Fatti lui réclame «  du mystère et du sang  ». Mais plus ses recherches avancent, plus les îles Solovki, insondables et dangereuses, lui semblent porter en elles un mal atavique. Pour percer le mystère de cette disparition, Capace va devoir comprendre qui étaient véritablement ces trois amis trentenaires, en apparence si proches de lui, et affronter les plus noirs secrets du passé. Traduit de l'italien par Marc Lesage