Ouvertes sur tous les domaines
de la curiosité contemporaine depuis 1968

NEWSLETTER
Acheter votre format
Commander selon votre format
Papier21,90 €Numérique15,99 €
Un incendie embrase la prestigieuse école de danse des sœurs Durant. L’arrivée d’un homme, Derek, en charge du chantier, va faire voler en éclat l’équilibre précaire de ce monde de violence et de compétition.

Dara et Marie Durant ont toujours été danseuses, aussi loin qu’elles s’en souviennent. Elles ont été entraînées par leur mère, la très glamour fondatrice de l’École de danse Durant. Après la mort de leurs parents, les deux sœurs ont entrepris de diriger l’école ensemble, avec Charlie, le mari de Dara, autrefois l’élève préféré de leur mère.
Évoluant en cercle fermé, ils ont mis au point un pas de trois qui permet à l’établissement de   prospérer. Mais lorsque se produit un accident suspect, peu de temps avant le début des représentations de Casse-Noisette, le spectacle annuel de l’école – une période de rivalités, d’angoisse et d’exaltation – l’arrivée d’un intrus menace le fragile équilibre entre les deux sœurs.
 
Traduction de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch.

« Le savoir-faire d’une reine américaine du polar. » Le Monde des Livres

« Qu’elle tutoie un passé fantasmé ou un présent hyper réaliste, Megan Abbott confirme de livre en livre son statut de maîtresse du roman noir, dont elle a totalement renouvelé le genre » Les Echos

« Première est un chef-d’œuvre de roman noir qui promet des nuits blanches aux lecteurs. » Les Echos

« Art de la narration, technique, talent, Abbott assomme une première fois son lecteur au beau milieu de Première. Avant de le clouer comme un papillon de nuit dans le dernier quart. Si les twists sont un passage obligé de la littérature de genre, ceux de Megan Abbott sont d’une délicieuse perversité et d’un total réalisme. » Corse Matin

« Connue pour ses brillants polars, Megan Abbott joue des codes à la manière d’une Laura Kasischke, nimbant le fait divers d’une grâce toute poétique, dans ce roman fascinant où les tutus, chaussons et chignons dissimulent le dressage implacable des corps, l’exacerbation des rivalités et la guerre sans merci à laquelle se livrent de toutes jeunes filles pour jouer le rôle principal de Casse-Noisette. » Madame Figaro