• Nouveauté

Les morts de la Deûle

Tomas Statius

Les abords du canal de la Deûle face au port de Lille représentent un territoire hostile, le lieu parfait d’une scène de crime. En 2011 les corps de 5 hommes ont été repêchés par la Brigade Fluviale. On a parlé d’accidents, d’ivresse, d’un hasard malheureux. Puis d’un tueur en série. Tomas Statius livre une enquête passionnante qui mène le lecteur au cœur des milieux skins du nord, les principaux accusés.

Entre octobre 2010 et novembre 2011, les corps de cinq hommes ont été repêchés par la Brigade Fluviale dans le canal de la Deûle, à Lille. On a parlé d’accidents, d’ivresse, d’un hasard malheureux, d’un tueur en série.
Tomas Statius livre une enquête passionnante sur ces affaires classées sans suite à l’époque. Il a retrouvé les familles désemparées, les policiers perdus, une ville qui n’a jamais cru à la thèse de l’accident. Il nous mène au cœur des milieux skins du Nord qui sont une clé essentielle pour comprendre ces morts.
 
« Statius ne lâche pas l’affaire et, révélant la part d’humanité de chacun, prouve aussi qu’il est un véritable écrivain, éclairant le réel sans jamais s’en laisser déborder. » Livres Hebdo

« Dans cette enquête haletante, écrite à la première personne, au carrefour du journalisme, de la sociologie et du true crime, Statius reconstitue la vie et les derniers instants des cinq jeunes hommes. Il retrouve les familles, les amis, remarche sur les pas des victimes. Il reconstitue le Lille nocturne et interlope, où les mêmes gens se recroisent dans les mêmes bars et où l’atmosphère, alcool aidant, est souvent électrique. Avec, en arrière-plan, l'ombre menaçante de la Deûle. » Le Monde

« Après deux ans d'enquête, le journaliste Tomas Statius remet en question, avec un vrai talent d'écriture, l'hypothèse de la série d'accidents dans ce qu'on a appelé « l'affaire des noyés de la Deûle » ». 20 Minutes

Commander selon votre format

Commander selon votre format

Papier17,90 €
Numérique14,99 €

Découvrez d'autres livres

Parution : 08/01/2020
250 pages
Les invisibles

Le 24 septembre 1995, un adolescent, Éric Borel, tue 12 personnes dans les rues de Cuers, un village du Var, avant de se suicider. Onze heures plus tôt, à 8 kilomètres de là, il avait assassiné sa mère, son beau-père et son demi-frère. Cuers a les traits que les sonorités métalliques de son nom laissent présager : un village dur, une campagne encaissée, humide. En 2009, la municipalité a érigé une stèle en hommage aux victimes : « Passant, sache que rien ne justifie la mort d’innocents. N’oublions jamais le 24 septembre 1995 ». Chaque année, une vingtaine de personnes s’y retrouve. Tous les autres ont oublié ou se taisent. Bruno Masi décrit l’engrenage qui a poussé un adolescent à verser dans la folie, sa tristesse et sa colère insondables qui font écho à cette terre rouge, à ce vent qui embrase le ciel, à ces hommes qui ont le goût du sang. Bruno Masi est né en 1975 à Toulon. Il a publié chez Lattès en 2019 La Californie qui a obtenu le Prix Marcel Pagnol.