Les Fragiles

Maud Robaglia

Couverture
FREN

Jérémiade n’est pas dupe. Elle sait bien que sa fille, la parfaite petite ménagère, et son gendre, chief happiness officer, ne sont pas aussi joyeux et équilibrés qu’ils prétendent l’être. Personne ne l’est. Surtout pas elle, dont la vie se résume depuis quelque temps à vérifier la solidité des plafonniers. Jérémiade travaille au Parfait Nettoyeur, où elle vend des shampouineuses à moquette et des aspirateurs. Tout nettoyer la calme, l’aide à contenir ses larmes dans un monde où le moindre signe de faiblesse est devenu suspect. Depuis que le pays connaît une vague de suicides sans précédent, faire part de ses états d’âme expose à rejoindre le camp des Fragiles, et les Fragiles, on les isole, on les enferme et on les traite. Car si la fragilité est contagieuse, il faut l’éradiquer. Afficher son bonheur devient alors une question de survie. Mais Jérémiade n’a jamais su faire semblant…  
 
Un puissant et dérangeant roman noir, dans lequel Maud Robaglia raconte la tyrannie du bonheur, la peur de vivre, et les difficultés d’une société à composer avec la fragilité.

« Un premier roman aussi palpitant qu’émouvant » Livres Hebdo

« Un premier roman puissant, mystérieux et provoquant qui nous secoue ! » Paris Première

« Que faisons-nous avec nos failles dans une société ? Voici la question que se pose Maud Robaglia dans son premier roman Les Fragiles, un texte nécessaire pour réveiller l’esprit critique. » Christophe Mangelle, La Fringale Culturelle

« Dans cette dystopie réaliste et déconcertante, Maud Robaglia nous glace autant qu’elle nous interroge sur la dictature du bonheur de nos sociétés contemporaines. Un roman poignant.  » Télé 7 jours

« Une réussite. » Ici Paris

« Un roman qui pense et qui dit beaucoup sur notre époque. » Europe 1

« Entre 1984, de George Orwell, et la série britannique Black Mirror diffusée sur Netflix, ce coup d’essai osé acte l’avènement d’une romancière sacrément talentueuse. » L'Express

« Maud Robaglia distille une ironie discrète, déroule son histoire en forme de conte cruel qui met en scène une société dominée par l’injonction au bonheur, l’interdiction des comportements négatifs, la mise sous le boisseau du deuil et de l’échec. » Télérama.fr

Coups de cœur des libraires

« Un roman choc, une lecture en forme de pied de nez à cette mode de la recherche de bonheur à tout prix. Après tout, la fragilité n'est-elle pas inhérente à l'être humain ? » Anne-Sophie Poinsu, Librairie Le Failler (Rennes)

« Un roman choc, une lecture en forme de pied de nez à cette mode de la recherche de bonheur à tout prix. Après tout, la fragilité n’est-elle pas inhérente à l’être humain ? » Anne-Sophie Poinsu, Librairie Le Failler (Rennes)