Le Gibier

Une meute ne lâche jamais sa proie

Nicolas Lebel

FREN

Trente ans après la chute de l’apartheid, les Furies, déesses du châtiment, viennent à Paris initier leur danse macabre. Qui sont-elles venues venger ?
La journée du commissaire Paul Starski commence assez mal : son épouse demande le divorce, son chien adoré est mourant et une prise d’otages l’attend dans un appartement parisien. L’âme morose, il se rend sur place avec sa coéquipière, la glaciale et pragmatique Yvonne Chen, et découvre les corps d’un flic à la dérive et d’un homme d’affaires sud-africain. Tous les indices accusent Chloé de Talense, une brillante biologiste. Starski n’ose y croire : Chloé était son grand amour de jeunesse. Afin de prouver son innocence, le commissaire prend l’enquête à bras le corps – et certainement trop à coeur –, tandis que les meurtres se multiplient. Car l’étau se resserre autour de la biologiste qui semble être le gibier d’une chasse à courre sanglante lancée à travers la capitale. Starski prend peu à peu conscience que rien n’arrêtera les tueurs. Pire, qu’à fureter au-delà des évidences, il vient peut-être lui-même d’entrer dans la Danse des Furies...
 
« Superbement maîtrisé. »  Hubert Artus, Le Parisien Week-End

« Le Gibier est un thriller complètement abracadabrantesque et addictif, joueur et roublard. Enfin et non des moindres : le duo de flic épate. » La Marseillaise

« Avec Le Gibier Nicolas Lebel se réinvente en David Fincher du polar. Son nouveau roman déroule une mécanique froide et implacable dont il est difficile de s’extraire tellement il nous happe. Qui est le gibier ? Le lecteur assurément. » La Fringale Culturelle

« Nicolas Lebel a l’art de tisser les intrigues à tiroirs, complexes à souhait, pour que son lecteur ne puisse jamais se convaincre tout à fait d’en avoir déroulé tous les fils. » Le Progrès

« Une fois pris dans les filets de son histoire, impossible de m’échapper. Chaque lecteur devient la proie de ce polar brillant et captivant. » 20 Minutes

« C’est un roman qui est tendu, qui est efficace, qui est parfois très drôle et qui nous mène littéralement par le bout du nez.  » France Info

« Le Gibier, la proie n’est pas celle que vous croyez. Dans un polar habilement ficelé et efficace, Nicolas Lebel met en scène la figure classique du flic cabossé par la vie. » Libération

Coups de cœur des libraires

« Le dernier Lebel, dont la construction machiavélique reprend les grandes étapes de la chasse comme simple fil conducteur, est un roman qui réserve bien des surprises ! Les personnages sont percutants de même que l’intrigue, non dénuée d’une discrète touche d’humour, est palpitante et le dénouement particulièrement remarquable. » Anne-Sophie Poinsu, Librairie Le Failler (Rennes)

« Dans Le Gibier, Nicolas Lebel frappe très fort, avec un rythme effréné, une intrigue palpitante et une enquête qui vous fera poser mille questions. Ce savant mélange donne un polar détonnant ! » Céline Dausque, Maison de la Presse (Le Touquet)

« Chasse à l'homme dans Paris... Mais attention, qui ment ? Comme à la chasse, les leurres sont nombreux... Bravo ! » Marie-Adélaïde Dumont, Librairie Doucet (Le Mans)

« Coup de maître ! Le Gibier est sans aucun doute un des polars qu'il faut absolument avoir lu cette année. » Librairie Studio Livres (Abbeville)

« Dès les premières pages Nicolas Lebel nous captive et nous entraîne dans une spirale infernale. De meurtres en assassinats, l'enquête se complexifie et on ne veut plus refermer le livre. » Nathalie Mazzoli, FNAC (Belleville-sur-Saône)

« Une intrigue haletante et finement ciselée. Et toujours avec ce trait d'humour qui caractérise son œuvre, Nicolas Lebel est au sommet de son art. » Stéphane, Librairie Page 189 (Paris)

« Un roman diabolique. Un commissaire pris au piège d'une machination implacable. On oscille en permanence entre le cœur et la raison. Le Gibier mériterait une suite tellement il suscite une envie de vengeance. » Alain, Librairie Le Livre et la plume (Concarneau)