Ouvertes sur tous les domaines
de la curiosité contemporaine depuis 1968

NEWSLETTER

La légende de l'assassin

Kangni Alem

Acheter votre format
Commander selon votre format
Papier18,00 €Numérique12,99 €
Un avocat, à la veille de la retraite, se penche sur le seul dossier perdu de sa carrière. Plus de trente ans après, il se rend sur les lieux du crime, loin de la capitale. Il s’enfonce dans ce territoire inconnu et tente de remonter le temps. Lui, l’avocat renommé d’un État africain en perpétuelle métamorphose et où la Justice est si difficile à rendre, découvre une société complexe, superstitieuse, qui a permis le crime.
« Je m’appelle Apollinaire, j’ai soixante-dix ans, un diabète, du cholestérol, et je fais de l’hypertension. Ce tableau clinique généreux pourrait surprendre, si je ne m’empressais d’ajouter qu’il ne m’empêche pas aussi de m’offrir, de temps à autre, quelques plaisirs, ceux-là même qu’un vieillard sous les tropiques ne se refuse pas, même avec un risque d’AVC suspendu au-dessus de sa tête. Je ne sais ce qui me pousse à l’avouer, sinon le désir de nouer un pacte de vérité dès l’entrée de ce récit qui couvre trois journées de ma vie. »
Pendant trois jours, Apollinaire cherche à comprendre l’affaire la plus emblématique qu’il ait perdue. Son client, KA, avait été accusé d’un crime atroce. Il avait pris les proportions de la légende : KA était devenu le criminel le plus honni, le plus médiatisé du jeune État de Tibrava. Le pays tout juste indépendant, mené d’une main de fer par un dictateur soucieux de l’ordre publique, avait rendu un jugement sans appel. KA avait été condamné à mort sans qu’Apollinaire ne puisse rien tenter. Trop jeune, trop inexpérimenté, commis d’office, un peu lâche aussi, il n’avait pas su comprendre le crime et la sentence.
Apollinaire ne veut pas prendre sa retraite sans comprendre ce crime qui le hante. Il s’engage alors sur un chemin tortueux. Il cherche la Justice. Il cherche surtout le souvenir du jeune avocat qu’il était et qui n’avait pas pu ou pas voulu se battre pour elle. Le portrait d’un homme seul et d’un pays qui joue avec les mots, les mythes et les légendes.