La colline à l'arbre seul

Abdelhafid Metalsi

Dans une petite ville ouvrière de l’Est de la France, cinq enfants font les quatre cents coups pour gagner quelques pièces, en vue de réaliser leurs rêves.
FREN

Ils ont dix ans, pas un sou en poche et vouent un culte au cinéma, aux patates à la braise et au Coca-cola.
Pour étancher cette soif de découverte et gagner quelques pièces, ces cinq débrouillards récupèrent dans une benne, métaux, cartons et bouteilles  consignées pour les revendre à un ferrailleur pas très honnête. Mais la concurrence fait rage, les Gitans et Momo le clochard se servent aussi. Alors en attendant de grandir, ils traînent dans le faubourg avec Lachance, leur chat, et s’interrogent sur l’origine du monde, sur ce couple qu’ils ont vu tout nu au sommet de la colline à l’arbre seul.

Abdelhafid Metalsi signe un texte poignant, tendre, dans la veine de La vie devant soi de Romain Gary, de La guerre des boutons et des 400 coups.

«  Un western urbain tendre et drôle.»  Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo

«  Dans la veine de La Guerre des boutons, Abdelhafid Metalsi a trouvé un ton, une gouaille savoureuse ponctuée d’argot pour restituer cette tranche de vie où la candeur le dispute à la violence, la pudeur au désir. Malgré quelques redites, sa plume recèle tendresse, malice, sensibilité, poésie.  »  L'Express

« Un roman empreint de tendresse, d'espièglerie et de nostalgie »  Télé 2 semaines

Commander selon votre format

Commander selon votre format

Papier19,00 €
Numérique13,99 €

Découvrez d'autres livres

Nouveauté
Parution : 07/04/2021
250 pages
La Grenade

Cet été-là, il n’a jamais fait aussi chaud. Alex s’apprête à fêter ses treize ans dans une relative indifférence, coincé entre une mère qui a enterré ses rêves et un père obnubilé par les simulations aériennes. Son seul horizon est la nationale qui longe son village. Heureusement, il y a Jérôme et Sophie, ses meilleurs amis, et les eaux turquoise des Caraïbes, l’ancienne carrière de la commune, un îlot de fraîcheur où ils passent leurs après-midi. Mais quand son père se retrouve au chômage, tout se met à dérailler. Sa mère a des envies d’évasion et Marko, la brute du quartier, décide de privatiser les Caraïbes. Alex ne va pas se laisser faire, il est déterminé à sauver cet été et cette famille. Ce premier roman drôle et amer est un cri de rage contre la monotonie et l’ennui, contre cette vie trop étriquée pour les rêves, contre la croyance que jamais rien ne peut changer.