"Le Piège américain" adapté sur France Inter

Du 14 au 17 septembre, Affaires sensibles s'inspire du livre de Frédéric Pierucci sur l'affaire Alstom

Cette fiction signée Cédric Aussir revient sur l'affaire passionnante de Frédéric Pierucci, qui a reçu le Prix littéraire des Nouveaux droits de l'homme en 2019. 

Qui le sait ? Depuis la fin 2014 la France a perdu une partie du contrôle de ses centrales nucléaires au profit des Américains.

Je m’appelle Frédéric Pierucci et je me suis retrouvé, bien malgré moi, au cœur de ce scandale d’État. Ancien patron d’une des filiales d’Alstom, je connais les dessous de ce thriller à 12 milliards de dollars. Après avoir été longtemps contraint au silence, j’ai décidé, avec le journaliste Matthieu Aron, de les révéler.
 
En avril 2013, j’ai été arrêté à New York par le FBI et poursuivi pour une affaire de corruption. Je n’ai pas touché un centime dans cette transaction, mais les autorités américaines m’ont enfermé pendant plus de deux ans – dont quatorze mois dans une prison de très haute sécurité.
Un véritable chantage pour obliger Alstom à payer la plus gigantesque amende jamais infligée par les États-Unis, et à se vendre à General Electric, son grand concurrent américain.
 
Mon histoire illustre la guerre secrète que les États-Unis livrent à la France et à l’Europe en détournant le droit et la morale pour les utiliser comme des armes économiques. L’une après l’autre, nos plus grandes sociétés (Alcatel, Total, Société Générale et bientôt d’autres) sont déstabilisées. Ces dernières années, plus de 14 milliards de dollars d’amende ont ainsi été payés par nos multinationales ces dernières années au Trésor américain. Et ce n’est qu’un début…

Prix Littéraire Nouveaux Droits de l'Homme  2019

L'otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne
La Croix

Plus qu’un thriller, ce récit se veut un livre de guerre. Une « guerre économique souterraine », menée par les États-Unis pour affaiblir les concurrents d’entreprises américaines, explique l’auteur qui apprendra en prison son licenciement par Alstom après avoir plaidé coupable.

La CroixContexte