Vous êtes ici

Otages

Otages
EAN : 
9782709650557
Parution : 
02/01/2020
170 pages
18.00 €

Onglets langues

«  Je m’appelle Sylvie Meyer. J’ai 53 ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n’ai aucun antécédent judiciaire.  »
Sylvie est une femme banale, modeste, ponctuelle, solide, bonne camarade, une femme simple, sur qui on peut compter. Lorsque son mari l’a quittée, elle n’a rien dit, elle n’a pas pleuré, elle a essayé de faire comme si tout allait bien, d’élever ses fils, d’occuper sa place dans ce lit devenu trop grand pour elle.
Lorsque son patron lui a demandé de faire des heures supplémentaires, de surveiller les autres salariés, elle n’a pas protesté  : elle a agi comme les autres l’espéraient. Jusqu’à ce matin de novembre où cette violence du monde, des autres, sa solitude, l’injustice se sont imposées à elle. En une nuit, elle détruit tout. Ce qu’elle fait est condamnable, passable de poursuite, d’un emprisonnement mais le temps de cette révolte Sylvie se sent vivante. Elle renaît.
Un portrait de femme magnifique, bouleversant  : chaque douleur et chaque mot de Sylvie deviennent les nôtres et font écho à notre vie, à notre part de pardon, à nos espoirs de liberté et de paix.
“My name is Sylvie Meyer. I am 53 years old. I am a mother of two. I separated from my husband a year ago. I work at a rubber company called Cagex. I run the Adjustments division. I have no criminal background.”
 
Sylvie is a trivial, modest, punctual, solid, and good comrade, a simple woman who you can count on. Sylvie did not say anything when her husband left her, nor did she cry. She tried acting like everything was well in order to raise her sons and fill the space in a bed that has become too big for her.
 
When her boss asked her to work overtime and oversee other workers, she did not protest: she acted as others expected, until one morning in November where all the world’s violence and unfairness and her loneliness dawned on her. Sylvie’s world collapses. What she does is condemnable, may result in legal proceedings, or worse: imprisonment. But this rebellion makes Sylvie feel alive. She is reborn.
 
Sylvie is a female hostage who endures the world’s violence, and who has been suppressing the person she carries with her. Someone with no previous record, who, in fact, resists silently before yielding to violence and finally coming to life. It is the story of confinement and liberation.