Vous êtes ici

Le comte de Permission

Le comte de Permission
EAN : 
9782709622004
Parution : 
14/01/2009
320 pages
19.00 €

Onglets langues

Le Comte de Permission a existé. Orlando de Rudder l’a rencontré. Et ce n’est peut-être pas un hasard si il a décidé d’en écrire un roman.
Bluet d’Arberes, Comte de Permission ou Chevalier des treize cantons suisses – comme il aimait se faire appeler – est né en terre de Gex, près de Genève en 1566. Au village où il est berger, on le considère comme un fou, il déclame des phrases incompréhensibles, se fustige avec des orties. Alors il part sur les routes. 
En Savoie, il anime les châteaux, fait sourire les seigneurs, et rougir les dames. Il excelle autant dans la flatterie, l’amour, la mendicité et la rapine peut-être.On l’accueille à la cour d’Henri IV. Il fait mouche aussi. On lui confie la charge de Censeur ; il décide de ce qui doit être publié. Il écrit ses divagations et vend dans les rues de Paris des petits fascicules de 16 pages aux titres bizarres. En 1606, il fait la grève de la faim et meurt dans le cimetière de Saint-Etienne-du-Mont…
Orlando de Rudder a quelque chose du Comte de Permission. Une originalité, une exubérance généreuse, une intelligence amusée, des hommes, des femmes, du pouvoir, une culture aussi, singulière et profonde. Et surtout, surtout, l’amour des mots, des images et de la provocation belle comme une œuvre d’art. 
De cette rencontre est né un roman puissant, sur la liberté, l’errance, et la volupté.
The story of an extraordinary, highly original character, a kind of vagabond prophet of the early 17th century whose life teetered on the verge of insanity. 
The Count of Permission or Knight of the Thirteen Swiss Counties, as he preferred to be called, was born in the land of Gex, near Geneva in 1566. As a young shepherd, he shouts out incomprehensible words to whoever would listen and curses nettles. His village considers him crazy and he thus decides to take to the road. I
n Savoy he becomes a kind of troubadour, amusing lords with his antics and making the ladies blush. He exceeds in flattery, love, begging and perhaps a little swindling and is invited to Henri IV’s court where his reputation is confirmed. The court offers him the job of Censor. He writes up his own imaginative musings with bizarre titles, has them printed in small 16-page booklets and sells them on the streets of Paris. In 1606, he goes on a hunger strike and dies in the Saint-Etienne-du-Mont cemetery.