Vous êtes ici

Bouche bée, tout ouïe

Bouche bée, tout ouïe
EAN : 
9782709630696
Parution : 
10/02/2010
268 pages
18.30 €

Onglets langues

Saviez-vous que la langue la plus parlée au monde, le mandarin, n’a pas de mots pour « oui » ni pour « non » ? Que l’on ne dit pas « je t’aime » de la même façon ailleurs ? 
Saviez-vous que de vastes pans de l’humanité vivent très bien sans les fioritures extravagantes que constituent les verbes « être » et « avoir » ou encore les « le », « la », « un » et « une » qui ponctuent la moindre de nos phrases ? Que les Japonais n’ont pas de mot pour « eau » ? Que les Néerlandais ne se font pas de sourires, mais des « rires luisants », et que, contrairement à ce que l’on pense, le français est une langue infiniment plus drôle que l’anglais ?

Alex Taylor, pourtant linguiste, ne le savait pas. Il explore ces no man’s land du dictionnaire, à l’écoute de ce que chaque langue sait dire, et parfois de leurs silences. Il raconte avec humour et sur un ton ludique pourquoi il est tombé amoureux des langues, et surtout pourquoi leur indicible beauté le laisse parfois tout ouïe et bouche bée.
Did you know that the most widely spoken language in the world, Mandarin Chinese, has no word for “yes” or “no”? Are you aware that a staggering number of people get by very well without the use of extravagant verbs such as “to be” and “to have” or definite and indefinite articles that we use in even the most insignificant phrases? Did you know that the Japanese do not have a word for “water”, that the Dutch do not smile but have “glowing laughs”, and that, contrary to popular belief, French is a much more humorous language than English? Even as a linguist, Alex Taylor didn’t know all this. The book is an exploration of the no man’s land of the dictionary, the ideas that different languages express and sometimes what it means when they have no words. Alex Taylor has become the “Mr. Europe” of French media. A journalist and producer, he has hosted numerous television shows. After Journal d'un apprenti pervers (Lattès, 2007), he comes back to his favorite subject : languages.