Vous êtes ici

Je ne suis pas un homme qui pleure

Je ne suis pas un homme qui pleure
EAN : 
9782709649179
Parution : 
03/02/2016
250 pages
18.00 €

Onglets langues

Fabienne Kanor au sujet de son roman : « À l’origine, il devait être question d’amour ou plutôt d’histoires d’amours inachevées, ou parce qu’elles s’achèvent mal ou parce qu’elles ne commencent jamais. J’imaginais une histoire légère comme un milieu d’été avec une femme qui parle beaucoup et des hommes qui passent trop vite. C’est après l’avoir écrite, que j’ai réalisé ce que j’en avais fait. Je crois y avoir glissé autant de rire que de colère, autant de ‘‘petites choses qui font battre le cœur’’ que quelques réflexions plus profondes sur notre société française. » 
L’héroïne de ce roman est écrivaine. Au lendemain d’une rupture sentimentale qui fait mal, elle a peur de ne plus savoir aimer, de n’avoir rien de bon à écrire, de ne pas exister dans une société où elle n’a pas de place. L’a-t-elle perdue, cette place ? En a-t-elle seulement déjà occupée une ? Ce sont ces questions-là qu’elle se pose et d’autres, comme : Comment se débarrasser d’un amant encombrant ? La magie antillaise est-elle encore efficace ? Quand faut-il confesser à sa mère qu’elle ne sera jamais grand-mère ? Qui est Maya Angelou ? Elle se souvient des hommes qu’elle a aimés, de ses histoires d’amour qui l’ont souvent menée en Afrique. C’est là qu’elle est devenue romancière, qu’elle a commencé à penser, à regarder le ciel pour voir si Dieu y était. Je ne suis pas un homme qui pleure est un livre bouleversant. Il dit la quête d’une femme, le mensonge des origines, les rêves toujours déçus des mères, les hommes qui s’enfuient et ce qu’ils laissent, et l’écriture qui emporte tout. 
 
After Faire l’aventure, (Lattès 2014), I am not a man who cries is Fabienne Kanor’s most intimate work to date; a novel that speaks of unfinished love stories, writing, the identities we invent for ourselves and those we strive to possess.
                « Originally, it was supposed to be about love or, more specifically, about incomplete love stories, either because they ended badly or because they never even began. I imagined a light-hearted story set in the middle of summer about a woman who talks a lot and men that pass through her life too fast.  It was only after the novel was written that I realized I had injected as much laughter as I did anger in the story and as many of those « little things that make the heart beat faster » as I did deeper reflections on French society. »
                The heroine of this novel is a writer. After a difficult breakup, she fears she no longer knows how to love and is afraid she has nothing left worth writing.  She questions her existence in a society where she feels she has lost her place. Did she ever even have a place? When should one confess to one’s mother that she will never be a grandmother? She remembers the men she fell in love with, relationships that often took her to Africa where she first became a writer and learned to observe the sky and reflect on the existence of God. This is a woman’s journey through the lies of her origins, the disappointed dreams of mothers, men who escape and what they leave behind, and writing, which ties it all together.

Dernières actualités liées à ce livre

DU MÊME AUTEUR